« Et Nietzsche a pleuré » – Irvin Yalom

et nietzsche a pleuré - Irvin yalom

Ce roman est un bijou. Irvin Yalom signe un sublime écrit où il parvient à utiliser
avec brio la fiction pour commenter les angoisses de chacun et leurs répercussions sur la vie.

L’intérêt que l’on pourrait porter à un écrit sur la psychanalyse est bien trop souvent lié à l’angoisse de ne pas comprendre les textes. Les formulations nous déroutent et nous font arrêter la lecture par un manque évident de compréhension. Mais ici, l’auteur a fait le choix d’utiliser des personnages réels sous le ton de la fiction pour nous expliquer l’intérêt de la psychanalyse par l’étude de ce que nous connaissons le mieux : la vie… Les choix que l’on fait, la personne que l’on voulait être par rapport à celle que l’on est devenu.

A travers la réflexion intime de chaque protagoniste nous sommes poussés à réfléchir sur notre propre vie. Et n’est-ce pas le but de la psychanalyse : réfléchir sur nous, afin de mieux nous comprendre et mieux nous accepter ?

« Et Nietzsche a pleuré », nous rappelle que peu importe le niveau d’intellect, chaque personne à ses propres angoisses. Celles-ci peuvent être soignées, mais elles ne doivent pas être prises à la légère car elles peuvent détruire un homme.

***

*Pour aller plus loin, voici l’histoire : « Docteur Breuer, Je dois absolument vous voir pour une affaire urgente. L’avenir de la philosophie allemande est en jeu. Voyons-nous demain matin, à neuf heures, au Café Sorrento. Lou Salomé. » Venise, 1882. La belle et impétueuse Lou Salomé aborde le docteur Breuer, ancêtre de la psychanalyse et mentor d’un jeune médecin du nom de Sigmund Freud, à la terrasse d’un café. Elle vient solliciter son aide pour sortir des affres de la dépression un ami, qui n’est autre que Friedrich Nietzsche. Le philosophe, malgré la parution du Gai Savoir et de Humain, trop humain, est alors méconnu du grand public et plongé dans un profond désespoir après l’échec de son ménage à trois avec Lou Andreas-Salomé et Paul Rée. Poursuivant son exploration romanesque de la psychanalyse, Irvin Yalom imagine la rencontre fictive entre Breuer et Nietzsche, deux personnages malheureux, deux grands esprits qui, après avoir conclu un pacte, tenteront de se guérir l’un l’autre. À travers cette partie d’échecs entre Breuer et Nietzsche, c’est à une nouvelle naissance de la psychanalyse que nous convie Irvin Yalom.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s