« Saudade » – Jean Paul Delfino

saudade - jean paul delfino

J’aime les grandes fresques historiques à la Ken Follet, maître dans son domaine, et j’aime l’histoire des pays d’Amérique du Sud. Mais ici, on aurait pu garder que la partie documentaire et enlever le récit.

Cette fresque historique sur le développement du Brésil se déploie sur trois siècles et est contée dans huit tomes. J’ai pris le dernier tome. Logique me diriez vous ! Mais c’est ce qu’il peut arriver lorsque l’on achète sur un coup de tête. L’avantage avec ces romans, c’est que chaque tome est indépendant du précédent. J’ai pu donc me plonger dans cette histoire sans être complètement perdue. On va y retrouver trois parties qui nous relatent la vie de divers personnages, de l’empereur du Brésil aux esclaves libres. Nous sommes à la fin du XIXème siècle, le Brésil commence à se positionner comme un pays émergent et doit pour cela modifier certaines lois de son pays, en particulier celle sur l’esclavage. Entre conflit, amour et rejet, on est plongé dans ce pays magnifique qui se bat pour essayer de s’en sortir, mais le conflit n’est pas le même en fonction de son niveau dans la hiérarchie.

Comme chez Jorge Amado, on retrouve la forte présence de la nourriture, des épices, des fêtes, des couleurs, de la vie… C’est vrai que le roman est très complet et descriptif ce qui permet une immersion total au sein du Brésil. Mais là ou Jorge Amado nous montre des personnages vraies, avec une personnalité à part entière et une histoire profonde. Ici l’histoire est molle, les personnages manquent de profondeur et malheureusement ce roman nous laisse un gout amer dans la bouche. On se laisse submerger par les paysages mais au fond on ne nous apporte rien. Il nous manque l’étincelle qui passe de bien à génial et qui fera tendre un roman vers le coup de cœur. C’est dommage !

***

image

*Pour aller plus loin, voici l’histoire : Follement amoureux de son pays, Dom Pedro II, empereur humaniste, a une mission : transformer Rio de Janeiro en une capitale étincelante et le Brésil du XIXe siècle en l’une des nations les plus puissantes du monde. S’inspirant des idées généreuses des Lumières, il bouscule l’ordre établi, ouvre les frontières à la modernité, encourage le développement des arts et des sciences et accompagne l’essor des chemins de fer, de l’industrie, de la photographie… alors que le peuple lutte pour sa survie, sa liberté et la fin de l’esclavage.
Dans ce roman foisonnant se croisent les destins de personnages hauts en couleur : Zumbi, un homme autrefois injustement condamné, mutilé, les yeux crevés, qui garde l’espoir que sa fille, Marina, après dix ans passés en prison, viendra le retrouver ; Rosa, une ancienne prostituée au grand cœur ; Filomena, fille d’un fazendeiro réactionnaire et raciste et d’une esclave Minas ; Raimundo, maton dans la lugubre prison du Calabouço et mélomane à ses heures ; l’énigmatique Madame de Barral, issue à la fois du peuple et de la noblesse, de Bahia et de Paris, mariée et amante impossible de Dom Pedro II…
Amours contrariées, soubresauts de l’histoire, assassinats, révoltes, espoirs, luttes fratricides, traite négrière, mais aussi musique populaire, poésie, délices gastronomiques, sensualité et coups de théâtre ponctuent cette saga brésilienne. Et lorsque se calment la fureur et les larmes, affleure la saudade, ce sentiment si particulier teinté de langueur et de nostalgie.
Saudade est le huitième volet de la Suite brésilienne de Jean-Paul Delfino, une fresque commencée en 2005 avec Corcovado et qui couvre une période de près de trois siècles.

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s