« Le maître des illusions » – Donna Tartt

Le maitre des illusions - Donna Tartt1

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas lu un roman aussi bien écrit. Ce roman est brillant, il arrive à nous transporter dans un univers entre la folie et le réel, entre perversité et maturité. Et on aime cela, on en redemande.

Plongé au cœur du milieu universitaire dans le Vemont, on se retrouve coincé dans ce cours de latin particulier puisqu’il n’ouvre ses portes qu’à cinq élèves. Comme dans une secte autour de leur gourou, ces jeunes personnes boivent ses paroles. C’est à travers Richard, le protagoniste, que nous allons rentrer dans cette classe et dans la psychologie de ses camarades si excentriques. Ce roman qui est à la limite du thriller nous entraîne dans un univers angoissant mais aussi excitant.

Le drame s’est produit, cela on nous le révèle dès le démarrage, mais l’auteur parvient à nous emmener à la rencontre de ces personnages et de leurs psychologies afin de comprendre « l’après ».

On oublie alors tout, ce n’est pas une secte. C’est bien pire, le leader n’est pas celui que l’on croit. Mais comment peut on échapper à son passé, à ses erreurs, et surtout regrettons nous vraiment la tragédie d’antan ?

Avec l’auteur on se promène le long de l’abomination et on se surprend à apprécier cette promiscuité. On s’étonne même nous aussi à rechercher « La beauté dans l’horreur ». Et de là tout s’enchaine, on se perd, on se met à vouloir que le héros continue sa quête de la vérité. Mais on ne peut s’empêcher de se demander « Et si le héros n’était pas celui qu’il semble être » ?

Avec Donna Tartt on va réfléchir aux conséquences de certaines actions et comment nos erreurs peuvent avoir des répercussions sur nos vies. Ce roman d’une réflexion psychologique poussée arrive à nous remettre en question. On va jusqu’à essayer de comprendre les actes de ces jeunes.

Lorsque la vie est morose, jusqu’où seriez vous prêt à aller pour vous sentir vivant ? C’est d’ailleurs dans cette multiple réflexion entre la vie, la mort et le meurtre que l’auteur arrive à nous emmener au plus profond de nous même.

***

*Pour aller plus loin, voici l’histoire : En décrochant une bourse à l’université de Hampden, dans le Vermont, Richard Papen ne laisse pas grand chose derrière lui : la Californie, qui lui déplaît ; son adolescence, faite de souvenirs incolores ; et ses parents, avec qui il ne s’entend pas. Hampden est une porte de sortie inespérée, l’opportunité de vivre une nouvelle vie. Passées quelques semaines, il est bientôt attiré par un professeur atypique, Julian Morrow, esthète capricieux qui enseigne les lettres classiques à cinq étudiants apparemment très liés. Contre l’avis de ses professeurs, il tente de s’introduire dans le groupe de ces jeunes gens marginaux sur qui courent les plus folles rumeurs. Et il est loin d’imaginer ce que lui coûtera sa curiosité.

Publicités

11 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Il semble vraiment bien écrit et développé ! J’ai très envie de le lire =

    Aimé par 1 personne

    1. C’est une petite merveille, j’espère qu’il te plaira !

      Aimé par 1 personne

  2. Il me donne envie de le lire ! 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Fonce, tu ne le regretteras pas !

      Aimé par 1 personne

  3. peluche0706 dit :

    Dans le même style, il y a « Délicieuses pourritures » de Joyce Carol Oates. Je note ce livre dans mon pense-bête ! 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Je ne connais pas ce Joyce Carol Oates mais j’en prends note. En plus j’adore l’écriture de JCO et c’est vrai que son style est proche de ce roman !

      J'aime

  4. Madame lit dit :

    Je l’ai lu il y a plusieurs années… Je l’avais adoré. J’ai dans ma PAL « Le Chardonneret ». J’espère l’aimer aussi. Merci pour ce partage…

    Aimé par 1 personne

    1. J’avais également envie de lire « Le Chardonneret » on m’en a dit le plus grand bien. J’espère que tu l’aimeras aussi !

      Aimé par 1 personne

  5. accalia dit :

    Bonjour! J’avais bien aimé ce roman, mais j’avais eu un peu de mal avec la fin, que j’ai trouvé trop rapide…je ne suis pas sûre de vouloir lire Le Chardonneret rapidement, je vais attendre un peu…

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour,
      Je vois ce que tu veux dire sur la fin, mais je pense que c’est le style de l’auteure de nous emmener avec elle, puis de nous abandonner d’un coup. C’est ce que j’ai ressentie, en tout cas !
      « Le Chardonneret » me donne envie mais au vue du pavé j’espère que le roman me parlera, sinon ça risque d’être long…. Très long …!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s