Rentrée littéraire : « Comment apprendre à s’aimer » – Motoya Yukiko

comment apprendre à s'aimer - Motoya Yukiko

J’aime dans la littérature asiatique, cette poésie qui confronte toujours une forme de brutalité. Que celle-ci soit explicite ou implicite on ressent toujours cette forme de dualité. Dans ce beau texte, on retrouve cette matière d’une façon plus tranquille, car ici la brutalité c’est la vie elle-même.

L’auteure va donc mêler une grande sensibilité à une tension intense. Comme si l’un ne pouvait vivre sans l’autre. Dans ce doux récit on appréciera la simplicité de l’écriture, ainsi que le ton posé pour parler de cette vie. Dans ces différents âges de la femme on se retrouve, on retrouve notre mère, notre voisine ou simplement une amie. Ici, pas de grand discours ou de relations trop complexes, un simple texte sur une vie qui pourrait être n’importe laquelle. Et c’est dans cette sensibilité que l’on pénètre. C’est une lecture douce et posée. Elle n’a pas la prétention d’être plus que ce qu’elle est : des moments de la vie. Un beau texte sur la vie, l’amour ou encore la construction personnelle, car au fond ces thèmes sont liés.

Ce texte est très bien fait, car il parvient avec douceur à nous présenter des étapes de la vie. Ces situations où tout bascule, ces moments où l’on se construit. Ces paliers nécessaires où l’on détruit l’enfant en nous et qu’on réalise que la vie est parfois cruelle. Ce texte nous force à grandir, à mieux réfléchir, à faire les bons choix. Mais surtout ce livre nous démontre que personne ne peut prévoir sa vie, on ne peut ni la contrôler ni l’imaginer dans toute sa longueur.

Dans ce petit texte on apprécie la pureté des pensées. Une femme qui est face à la dureté de sa propre vie, de son propre parcours et qui réalise ses erreurs passées pour ne plus en faire, ou du moins essayer. Ce texte n’est certes pas un grand roman, mais il a le mérite de la justesse dans ses propos. Et en quelques phrases, en quelques pages il parvient à faire une introspection sur cette vie qui est un miroir à la notre.

Un texte rare et doux sur un monde brutal. On ressent la peine et la noirceur lorsque la vie pèse sur nos épaules. On ressent également l’espoir d’une vie meilleur et au final c’est la solitude qui demeure notre refuge.

***

*Pour aller plus loin, voici l »histoire : Le livre est une série de plans fixes qui, telles les images d’un film, s’enchaînent entre eux pour dessiner le portrait de Linde.
Elle a 16 ans, puis 28, 34, 47, 3 et enfin 63 ans, et découvre au fil de ses apprentissages, de ses déceptions et de ses joies, les sources invisibles du bonheur. Linde évolue sous le regard des autres, trop sage, presque invisible, pleine d’anticipation immobile, elle attend que la vraie vie commence. Elle se heurte au fossé qui nous sépare irrémédiablement d’autrui, et aux succédanés d’un bonheur idéal. A 63 ans, elle attend encore de la vie et des autres ce qu’ils ne peuvent lui donner. Mais, un jour, en attendant le facteur, elle finira par remarquer : « pour quelqu’un qui avait raté sa vie, il lui semblait qu’elle ne s’en sortait pas trop mal. » Le portrait de Linde à 16 ans, puis à 28, 34, 47 et 63 ans.
Une série de moments qui évoquent ses apprentissages, ses déceptions et ses joies. Attendant toujours de la vie et des autres ce que personne ne peut lui donner, elle prend conscience à 63 ans que, pour quelqu’un qui a raté sa vie, elle ne s’en sort pas trop mal.

Publicités

6 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Yuyine dit :

    Intriguant ce petit livre dont le titre me plaît énormément. Merci pour la découverte 😉

    Aimé par 1 personne

    1. J’espère que cette lecture sera te toucher !

      J'aime

  2. Pikobooks dit :

    Huhu ! Ce livre est dans ma wish-list, il a l’air merveilleux et pile poils dans mes goûts. Bravo pour cette chronique !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci ! J’espère que ce petit roman sera te satisfaire. Bonne lecture !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s