Rentrée littéraire : « The girls » – Emma Cline

the girls - emma cline

Il n’est plus utile de présenter ce roman. Mis en avant sur les réseaux sociaux, sur les plateaux télés et autres supports de communication, cette lecture fait partie des belles découvertes de la rentrée littéraire. Enfin c’est ce que je m’étais imaginée… Pour ma part je devais attendre plus de cette lecture et j’en ressort un peu mitigée.

Si vous êtes passés à côté de ce livre, voici ce qu’il faut en savoir en quelques mots. On va suivre le parcours de Evie, une jeune fille de quatorze ans en pleine recherche de sa propre sexualité. Avec un besoin de grandir très fort, on nous présente une jeune fille effacée, presque insignifiante qui recherche une force, une amie, une personne à qui se raccrocher pour exister. Ce texte présente en parallèle la situation romancée de la secte menée par Charles Manson. Un « gourou » entouré de ses girls et qui a commit de nombreux crimes pendant les années 70.

Quand je me suis lancée dans cette lecture, je ne m’étais pas renseignée sur son résumé, je voulais garder un peu de surprise à sa découverte. Je me suis donc plongée dans ce texte et dans un premier temps il faut le reconnaître le roman est addictif. On pénètre cet univers et très vite on se sent happé par ces filles, par cet intrigue. On connaît pourtant le dénouement tragique, mais on s’empresse de tourner les pages comme assoiffé. Le personnage principal peut déranger par son manque de profondeur, mais semble coller à ce besoin de reconnaissance, à ce besoin d’appartenir à un groupe. De faire partie entière d’une communauté pour pouvoir exister.

C’est avec un personnage principal banal que l’on parcourt donc ce texte. Elle tente de gagner en maturité et en sexualité. Elle connaît les premiers émois, les premiers désirs et autres tentations. Dans une société où les libertés semblent infinies, il n’est pas rare de rencontrer ces personnages qui se cherchent et tentent de trouver les limites de leurs vies. On comprend ainsi mieux le besoin de notre jeune protagoniste de se sentir désirée, attendue, accueillie et de faire partie d’un communauté qui l’aime (semble-t-il).

Mais malgré les qualités indéniables de cette lecture très vite je comprends que l’histoire restera un peu en dessous de ce que je m’imaginais. J’aurais aimé une plongée encore plus poussée, encore plus terrifiante et très vite on réalise que cela ne sera pas le sujet de cette lecture. On nous présente le parcours de cette jeune fille et c’est à travers elle et pour elle que l’on tourne les pages. On reste dans un texte qui va nous parler plus du développement personnel d’une jeune fille de quatorze ans, que la réflexion attendue sur le secte et son besoin d’y appartenir. Toute la partie Secte et « Charles Manson » n’apporte pas grand chose à notre intrigue. J’aurais aimé que l’on pousse la réflexion dans ce sens, que les deux évoluent ensemble pour nous amener à la violence qui semble être présente dans ce texte. Ici la dureté lancinante de ce sujet ne fait que retomber un peu à plat au lieu de créer l’explosion désirée.

Je ressors un peu mitigée par cette lecture et je me demande : est-ce que c’est moi qui m’attendait à autre chose ? A plus ?

***

*Pour aller plus loin, voici l’histoire : Evie Boyd, adolescente rêveuse et solitaire, vit au nord de la Californie à la fin des années 1960. Au début de l’été, elle aperçoit dans un parc un groupe de filles. Interpellée par leur liberté, elle se laisse rapidement hypnotiser par Suzanne et entraîner dans le cercle d’une secte. Elle ne s’aperçoit pas qu’elle s’approche à grands pas d’une violence impensable. Premier roman.

Publicités

15 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Il est vrai que lorsque l’on souhaitais autre chose d’une lecture il est difficile d’accrocher totalement. Je pense que je le lirai il m’intrigue !

    Aimé par 2 people

    1. Le livre reste très agréable et prometteur. J’espère qu’il sera te plaire !

      Aimé par 1 personne

  2. lilylit dit :

    Du coup, peut-être que le traitement de Simon Liberati dans « California Girls » correspondrait plus à tes attentes sur ce sujet ? Pour ma part j’ai trouvé très bon le développement psychologique d’Evie, très juste sur les affres de l’adolescence, l’indolence, l’impression qu’il faut à tout prix combler les vides, le besoin désespéré d’affection et d’attention…

    Aimé par 2 people

    1. J’ai trouvé que le développement personnel était en effet très bien mené. Après j’ai plus de problème avec ces personnages vides qui cherchent l’affection et la validation à tout prix des personnes extérieurs. C’est quelque chose dans lequel j’ai du mal à me projeter.
      Le roman de Liberati traiterait peut mieux cet aspect mais je ne suis pas une adepte de l’auteur donc je ne vais pas tenter le coup. Après ce Roman ne m’a pas déplu, il me semble simplement pas tout à fait abouti à mon goût !

      Aimé par 1 personne

      1. lilylit dit :

        Je n’ai pas été tentée par le Liberati non plus, donc je ne plaiderai pas en sa faveur ! ^^

        Aimé par 1 personne

  3. eibhileen dit :

    Il me fait encore assez envie (mais moins du coup !) malgré ton avis mitigé sur le manque de profondeur. Je tenterais bien de le lire juste pour voir ce que ça donne…

    Aimé par 1 personne

    1. Mon avis est surtout dû à une envie de soulever une violence plus forte par rapport au sujet « Charles Manson ». Après sur l’aspect développement personnel d’une jeune fille de 14 ans, on est dans un texte très poussé et addictif. Cela dépend de ce que tu attends de cette lecture ^^ !

      Aimé par 1 personne

  4. killing79 dit :

    Ta chronique et ton ressenti sont intéressants mais j’ai été plus enthousiaste que toi. Peut être parce que je lis de moins en moins le résumé derrière le livre, et je n’ai donc plus de déceptions !😉

    Aimé par 1 personne

    1. Justement pour ce livre je ne l’avais pas lu. Mais quand j’ai compris que l’on allait me parler de secte et en particulier de Charles Manson, je me suis emballée toute seule !

      J'aime

  5. Yuyine dit :

    Je pense que Liberati sera plus en accord avec tes attentes, même si tu n’apprécies pas cet auteur. Il plonge de façon brutale dans la violence du sujet et c’est ce que je voulais comme regard sur la secte Manson. La côté un peu détaché de Girls me déplaît un peu, je le trouve trop superficiel.

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis assez d’accord avec toi pour « the girl » et cette superficialité. Pour le roman de Liberati, je ne vais pas tenter l’expérience car ce n’est pas l’auteur que je n’apprécie pas mais son écriture. Tu l’as lu ?

      J'aime

  6. lilithbliss dit :

    Il y a des histoires qui ont tellement de potentiel que l’on voudrait qu’elles aillent encore plus en profondeur… Quelque part, c’est que la sauce a quand même pris 🙂 Ce livre me fait de l’oeil depuis un bon moment, mais je résiste encore !

    Aimé par 1 personne

    1. Ce roman reste une bonne lecture et je ne le dirais jamais assez mais je le recommande tout de même. Après c’est plus ma vision de l’histoire et ce que j’aurais aimé avoir !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s