Rentrée littéraire : « Comment tu parles de ton père » – Joann Sfar

comment-tu-parles-de-ton-pere-joan-sfar

Avec Joann Sfar c’est un personnage que je découvre en même temps que son travail d’auteur. Je me suis laissée emporter par ce récit où l’on mêle la biographie au récit romancé. C’est donc avec plaisir que je vous livre mon parcours entre intrigue et conquête par un texte pour le moins atypique.

On retrouve de plus en plus d’auteur qui nous présente des écrits plus personnels car ils mettent en scène une partie de leurs vies. Que cela soit d’une manière très autobiographique ou avec beaucoup plus de liberté, on ressent une proximité nouvelle qui se créé avec l’auteur. C’est un exercice de style que l’on apprécie ou avec lequel on a du mal à s’immerger. Mais dans le cas de ce livre, une chose est sûr, Joann Sfar se l’approprie d’une manière unique.

L’auteur nous parle de son père, de son enfance, du fait d’être juif, de la religion, de ses amours, de ses films, de son besoin de dessiner, de ses malheurs. On retrouve un rassemblement d’éléments disparates qui placés bout à bout nous donne une image embrouillée mais très juste de cet auteur. Sous la forme d’un hommage à son père, on va plonger dans cette nécessité de l’auteur à nous conter ce parent oublié et omniprésent. Ce texte est un éloge entre les rires et les larmes. On se plait dans ce récit qui est très particulier mais si intéressant.

Très vite, on comprend que l’auteur nous présente un livre unique. Il présente des chapitres qui s’enchaînent mais ne se ressemblent pas. On explore tellement de sujet si variés, que l’on croit se perdre. Mais à chaque fois, on retrouve le fil conducteur, on retrouve l’intérêt, et on poursuit cette balade. Avec un petit texte comme celui-ci, on ne sait pas à quoi s’attendre. Peut être à rien finalement. Mais comme dans une construction personnelle, on se voit tourner les pages, grandir et mûrir. Se questionner sur notre père, notre vie, puis sur le monde autour de nous.

Ce livre nous est présenté comme un fourre-tout, réalisé par un fils aimant ou malveillant. Mais qui est construit avec beaucoup d’intelligence malgré le bric-à-brac évident. Ces textes plus intimes sur la vie des auteurs nous permettent de créer cette nouvelle proximité avec eux. On croit les connaître, se les approprier alors que la réalité est autre. C’est eux qui se libèrent et nous donnent juste le bon compromis entre voyeurisme et connaissance. Avec cet auteur j’ai aimé cette intimité où l’on nous mêle imagination débordante, grain de folie et récit farfelu.

***

*Pour aller plus loin, voici l’histoire : « Papa est né l’année où tonton Adolf est devenu chancelier : 1933. C’est l’année où pour la première fois on a découvert le monstre du Loch Ness. C’est l’année, enfin, où sortait King Kong sur les écrans. Mon père c’est pas rien. »
« Ce sont les huit jours d’agonie de mon père. Il n’y a aucun suspens, il meurt à la fin. »
Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir un père comme André Sfar.
Ce livre pudique, émouvant et très personnel, est le kaddish de Johann Sfar pour son père disparu. Entre rire et larmes.

Publicités

8 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Je l’avais vu lors de son passage à la grande librairie et je l’avait trouvé particulièrement émouvant. J’avais noté le titre du bouquin et tu me rappelles qu’il va falloir que je me plonge dedans.

    Aimé par 1 personne

    1. Ce texte est très certainement un récit très personnel pour l’auteur. Ce qui rajoute de sa puissance !

      J'aime

  2. Ma maman l’a lu et me l’a chaudement recommandé, il ne devrait pas tarder dans ma PAL =)

    Aimé par 1 personne

  3. Valérie G dit :

    Ah enfin, je croyais être a seule à l’avoir trouvé drôle (et tendre).

    Aimé par 1 personne

    1. Je n’ai pas vu beaucoup d’avis sur cette lecture (ni positive, ni négative). Mais pour ma part j’ai beaucoup aimé ce livre, et je suis ravie de voir qu’on est plusieurs !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s