« Il reste la poussière » -Sandrine Colette

il-reste-la-poussiere-sandrine-colette

Dans ce roman noir, c’est tout d’abord le pays qui m’a attiré. Me replonger en Argentine et dans sa pampa isolée, cela m’a complètement transportée ! C’est avec plaisir que je me suis retrouvée dans cette lecture. Immergée dans des steppes perdues et enfouie dans une famille où la haine a remplacé l’amour depuis bien longtemps.

Dans ce roman c’est d’abord la lassitude qui prend place. On va pénétrer dans une famille détruite, exploitée. Une famille triste et violente les uns envers les autres pour combler un amour inexistant. A travers le travail réalisé dans la ferme familiale, menée par une mère seule et tortionnaire, on nous présente quatre frères, tous isolés, tous malmenés. Enfin, des jumeaux liés envers et contre les autres, prêts à brutaliser n’importe qui, puis deux plus jeunes : des boucs émissaires.

Dans une ambiance oppressante, on va suivre le parcours conflictuel de cette famille. Un père disparu, des enfants violents, une mère qui se fout de tout. En résumé une famille où tout peut arriver. Très vite on comprend que cette atmosphère amorce de terribles événements qui vont se succéder et rajouter au malaise de notre lecture. Car plus on avance dans ce livre et plus les personnages deviennent irritants, détestables et solitaires. Ici on ne recherche aucunement l’entraide mais bien la survie !

On appréciera d’autant plus le cri d’amour pour ces étendues, ces grands paysages qui font rêver. Là où la nature demeure à perte de vue. Ces vallées qui sont des invitations pour prendre son cheval et partir loin, très loin, sans se retourner. Puis petit à petit on apprend à connaître tous ces personnages malheureux et solitaires. On ne leur apprend qu’à être sur leurs gardes et n’avoir confiance en personne. Mais lorsque l’on élève des enfants dans ce sens, il ne faut pas s’étonner qu’ils restent coincés dans cet état. A travers les voix des différents membres de cette fratrie, on pénètre un peu plus en chacun d’eux. On aperçoit leurs doutes et leurs convictions. On s’étonne de leurs réflexions et de leurs choix. On les prend en pitié puis on les déteste. L’auteur va nous faire passer par tous les états afin de nous amener à cette fin.

Tout du long, on réalise que le chemin à parcourir sera long pour enfin se poser et ne plus vivre dans la peur et la haine de son prochain. Un roman noir qui sait placer son sujet et attendre afin que petit à petit tout se mette en place, à découvrir.

***

*Pour aller plus loin, voici l’histoire : Patagonie. Dans la steppe balayée de vents glacés, un tout petit garçon est poursuivi par trois cavaliers. Rattrapé, lancé de l’un à l’autre dans une course folle, il est jeté dans un buisson d’épineux.
Cet enfant, c’est Rafael, et les bourreaux sont ses frères aînés. Leur mère ne dit rien, murée dans un silence hostile depuis cette terrible nuit où leur ivrogne de père l’a frappée une fois de trop. Elle mène ses fils et son élevage d’une main inflexible, écrasant ses garçons de son indifférence. Alors, incroyablement seul, Rafael se réfugie auprès de son cheval et de son chien.
Dans ce monde qui meurt, où les petits élevages sont remplacés par d’immenses domaines, l’espoir semble hors de portée. Et pourtant, un jour, quelque chose va changer. Rafael parviendra-t-il à desserrer l’étau de terreur et de violence qui l’enchaîne à cette famille?

Publicités

7 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Je ne connais pas du tout ce roman mais je dois dire que ta chronique éveille ma curiosité.

    Aimé par 1 personne

    1. Une lecture qui je l’espère te plaira !

      J'aime

  2. Yuyine dit :

    Je suis intrigué! Merci pour cette découverte (encore une fois)

    Aimé par 1 personne

    1. Tu me diras s’il t’a convaincu !

      J'aime

  3. Cat dit :

    On dit beaucoup de bien de ce bouquin. Je vais très certainement le lire… Merci pour ton retour…

    Aimé par 1 personne

    1. J’espère qu’il sera te plaire également !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s