« Ce que j’ai voulu taire » – Sandor Marai

CE_QUE_J_AI_VOULU_TAIRE_jaqu_jaq140x205

Comment vous expliquer que plus je découvre cet auteur et plus je tombe sous le charme de sa plume. L’intelligence qui ressort de ce texte m’emporte, me parle et m’apprend énormément. Une énorme découverte que ce témoignage. Un texte que je recommande vivement à tous les passionnés d’histoire qui souhaiteraient lire un écrit d’un point de vue différent sur la bien triste période de la seconde Guerre Mondiale.

Ici c’est un constat que l’auteur nous livre. Entre 1938 et 1948, il prend le temps de nous raconter son point de vue, en tant que hongrois appartenant à la bourgeoisie, face à l’arrivée de Hitler à Vienne. Ce texte est très prenant car il nous livre un témoignage vu de l’intérieur. On entre directement dans l’intimité de l’auteur et narrateur de ce texte, en nous projetant dans cette période bien trop difficile à imaginer. Sandor Marai est un remarquable écrivain certes, mais il est également un homme brillant et engagé qui dénonce une société qu’il ne comprend plus.

De son point de vue de bourgeois, il traite du sujet avec beaucoup de recul et de profondeur. On est complètement submergé par l’intelligence qu’il use face à la montée du nazisme. De part son rang, il aurait pu comme beaucoup se ranger du côté de Hitler et vivre cette guerre d’une manière complètement différente. La Hongrie a connu bien des invasions avant même l’arrivée de Hitler, mais cette guerre marqua un tournant dans l’avenir du pays. Indexé, forcé à changer de nom, on en apprend énormément sur le pays, la période et toute la société qui a suivit aveuglément ou consentement cet homme bien trop dangereux.

La montée de l’Allemagne nazi est un sujet prédominant dans notre histoire et dans les textes, mais peu de livre nous présente ce point de vue. La haine des juifs et de ce qu’ils représentaient, comme la haine des bourgeois nous est expliquée, avec beaucoup de justesse. Ce texte très bien écrit se lit tout seul malgré l’intensité du sujet. On parcourt cette vie et on est impressionné par cette détermination et ce savoir. Sandor Marai m’éblouit de plus en plus. Autant  par cette vive intelligence que par le recul qu’il use dans ses réflexions. Il nous donne sa vision des causes de l’extension du nazisme en Europe. Avec l’avantage de pouvoir nous dresser un portrait complet du côté des allemands, des hongrois ou bien encore des Russes. Ce texte est donc un précieux témoignage qu’il serait important de diffuser pour faire comprendre que l’histoire n’est qu’un éternel recommencement.

***

*Pour aller plus loin, voici l’histoire : Ce livre, qui chronique les dix années entre l Anschluss (mars 1938) et l exil définitif de Marai (1948), constitue le dernier volet des Confessions d un bourgeois. Il n a jamais été publié du vivant de Márai. On l a cru perdu. Il a été retrouvé et a paru en 2013 à Budapest.
Pour répondre à la question centrale du livre, « Comment la Hongrie en est-elle arrivée là ? », c est-à-dire à pactiser avec l Allemagne nazie, puis à devenir un satellite de l Union soviétique, Marai se livre à une analyse approfondie de la société hongroise, indissociable d une perception pleine de finesse de la situation mondiale, fondée sur une réflexion étonnamment moderne, d une lucidité presque visionnaire. Son point de vue est celui d un bourgeois assumé, un humaniste aspirant à un ordre juste qui pourrait prendre la forme d un socialisme modéré. Cette chronique de la décomposition d’un pays, d’une culture et d’un mode de vie est une lecture précieuse pour qui souhaite comprendre la Hongrie et l Europe d’aujourd’hui.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s