« La gouvernante » – Stefan Zweig

Dans cette collection, on va retrouver la nouvelle « la gouvernante » suivi d’un chapitre du « monde d’hier » qui va donner une vision particulière à notre nouvelle. Je ne vous ferais pas l’affront de vous présenter Stefan Zweig ou ce qu’il représente pour moi. Je pense avoir été suffisamment clair par rapport à mon admiration pour cet homme, ainsi que pour ma passion pour son roman « le joueur d’échec ». Si vous êtes nouveau, je ne dirais que cela : je suis une très grande fanatique de l’ensemble de son œuvre !

Ici l’auteur nous livre un texte tout en nuance sur la place de la sexualité au sein d’une famille bourgeoise lors du début du siècle. Le sujet est d’autant plus fort, car il nous est présenté du point de vu de l’enfance. On se retrouve donc avec l’innocence de l’enfant qui tente de comprendre avec ses réflexions ce qui se déroule.

C’est à travers la domestique que l’on va se rendre compte du manque de liberté sexuelle et surtout des conséquences que cela pouvait impliquer à l’époque. Un texte très juste qui met en relation l’innocence de l’enfance face à une sexualité cachée et pourtant omniprésente. Nos deux enfants vont entendre des conversations et en tirer leur propre conclusion. On appréciera la finesse de ces réflexions, d’un côté l’enfant qui ne peut pas encore comprendre tout ce que cela implique et de l’autre, l’impartialité des adultes qui ne veulent pas comprendre. On retrouve donc une dualité complexe entre deux mondes. Stefan Zweig se place du côté de l’enfant pour accentuer la situation et dénoncer ouvertement le manque de recul par rapport à la situation.

Dans le chapitre qui va suivre, on découvre « Eros Matutinus », un chapitre tiré de son livre « le monde d’hier ». Dans celui-ci, l’auteur nous présente un tableau très riche de l’évolution des mœurs dans la société. Avec une jeunesse sexuellement active mais moralement dangereuse. L’auteur nous présente la fausse moralité vis-à-vis de cette sexualité débordante. L’époque, ainsi que la société ne savent pas comment faire face à la sexualité de la jeunesse. Avec beaucoup d’intelligence, l’auteur nous livre un constat sur ses jeunes hommes dont on tait une sexualité libérée et ouvertement active. En comparaison à toutes les jeunes femmes qui se retrouvent bien inexpérimentée et surtout dépourvue de jugement lors de leur nuit de noce.

Un texte extrêmement bien construit qui nous permet de voir les limites de la société par rapport à la sexualité plus ou moins libérée de l’époque.

***

*Pour aller plus loin, voici l’histoire : « À présent, les deux filles sont couchées dans leur chambre, toutes lumières éteintes… »
Quelque chose s’est passé. Moins sévère, moins joueuse, Mademoiselle les délaisse. Qu’arrive-t-il donc à leur gouvernante ? Pour le savoir, deux fillettes vont enquêter… Publiée en 1907, cette nouvelle de Stefan Zweig, à laquelle fait écho l’admirable « Eros matutinus », sans doute le plus beau passage du Monde d’hier, nous parle d’un temps où la vie érotique était une histoire vénéneuse, pleine de filles inhibées et de garçons sournois. Un petit bijou, proche de Brûlant secret, sur la sortie du monde de l’enfance et l’éveil à la sexualité dans une société du mensonge et de la dissimulation, une société qui fabrique massivement du secret.
Deux fillettes surprennent la relation que leur gouvernante entretient avec leur cousin, et c’est pour Zweig l’occasion de raconter l’éveil à la sexualité dans une société du mensonge et de la dissimulation, une société qui fabrique en masse du secret. Cette nouvelle de 1907, proche de «Brûlant secret», est suivie de l’un des meilleurs chapitres du «Monde d’hier», « Eros matutinus », dans lequel Zweig revient avec une rare franchise sur ce que fut cette puberté pour lui et les jeunes garçons de sa génération. Traduction inédite.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s