« Notre Cœur » – Guy de Maupassant

notre-coeur-maupassant

C’est toujours avec beaucoup de plaisir que je me plonge dans les romans de Maupassant. Le tableau de la bourgeoisie du XIXe siècle qu’il nous peint est toujours d’une grande richesse. On y retrouve les codes classiques de cette époque, ainsi que de nombreuses avancées pour son temps. Ce besoin de cacher la psychologie des personnages à l’image de ce que faisait la bourgeoisie de l’époque laisse à réfléchir sur le travail de cet auteur.

Avec « Notre Cœur », l’auteur s’attarde sur l’un de ces thèmes de prédilection : la femme. Elle est au cœur de ses récits et nous pousse à réfléchir sur sa position au sein de la société. A l’encontre des femmes simples et réservées que l’auteur à déjà pu nous présenter, ici dans la personne de Mme de Brune, c’est une femme d’une grande coquetterie dont il nous fait le portrait. A travers le regard de André, un jeune homme qui tombe éperdument amoureux de la belle, l’auteur nous donne à réfléchir sur la place de la passion au sein de toutes relations.

La douceur de son écriture face au sujet qu’il use me donne toujours grande satisfaction. L’auteur nous présente des personnages qui peuvent se montrer frivoles et superficiels aux premiers abords, mais c’est sans compter sur le talent de l’auteur pour nous immerger dans une société où les faux semblants sont à leurs comblent. On va donc suivre le parcours de cette femme qui aime se faire adorer. Avec un grand besoin de coquetterie, cette femme ne sais pas aimer, mais souhaite qu’on l’adore.

Dans ce texte, on nous présente deux types de femme : les femmes simples qu’il est bon d’aimer car elles se livrent en retour et les femmes coquettes que l’on ne doit pas aimer puisqu’elles s’aiment bien plus qu’elles apprécient les autres. André est pris au piège et ne parvient pas à sortir de cette relation à sens unique. A l’inverse de « Manon Lescaut » qui aime passionnément mais ne peut demeurer fidèle. Mme de Brune ne sait pas aimer, mais reste fidèle à son engagement. Maupassant nous livre donc une ultime critique sur son monde.

Ce roman nous fait réfléchir à la place de la passion dans une relation. Que faut-il mieux avoir la passion ou la sécurité de la fidélité ? Tant de sujets qui sont soulevé par Maupassant avec le rapport à sa société. On pourrait prendre ses récits comme de vulgaires lectures romantiques, mais elles nous démontrent d’un mal qui sévit depuis bien des siècles : le besoin de reconnaissance à travers un amour passionnel. Avec beaucoup de justesse, on se questionne sur nos propres relations et ce texte pourrait tout faire chambouler. Car au final qu’est ce qui prime : la passion ou la fidélité ?

***

*Pour aller plus loin, voici l’histoire : Le roman raconte l’histoire d’une femme du monde, froide et sans cœur, frigide ou lesbienne peut-être, comme Maupassant en a connu, qui se livre ici plus que dans aucun de ses romans. Le héros, face à cet être fascinant et redoutable, prend une autre maîtresse, qui ne lui suffit guère. Il est dévasté par une passion amoureuse, violente, mélancolique et cruelle. C’est un roman douloureux, écrit par un Maupassant déjà malade, et qui dit comme un adieu aux femmes qui ont été le désir, le tourment, et les victimes de sa vie. On y voit le personnage de l’artiste qui se dégrade, écrit de moins en moins, face à la femme moderne, produit d’une société parvenue à un point critique. Comme dans le remarquable Sur l’eau, c’est un aspect inattendu de l’art de Maupassant, dans la longue durée du roman, qui se révèle ici.

Publicités

9 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. En effet des thèmes universels ! =)

    Aimé par 1 personne

    1. Je ne sais pas d’ailleurs si c’est joyeux ou triste ?!

      J'aime

  2. Yuyine dit :

    J’ai, pour ma part, toujours un peu de difficulté avec le style de Maupassant que je trouve, certes, extrêmement doux et aux thèmes universels, mais aussi trop « froid ». Je ne sais pas trop comment expliquer cela, sans doute est-ce cette distanciation avec la psychologie des personnages qui me gêne dans mon immersion

    Aimé par 1 personne

    1. Je comprends tout à fait. D’ailleurs d’autres lecteurs pensent comme toi et je peux parfaitement l’entendre. Pour ma part c’est cette distance qui rend notre lecture intéressante. Mais encore une fois tout est une question de goûts ^^

      J'aime

  3. lilylit dit :

    J’adore ce roman, c’est mon Maupassant préféré (et pourtant je pensais que rien ne pourrait égaler Bel-Ami !) !

    Aimé par 1 personne

    1. « Bel ami » sera toujours mon préféré de Maupassant avec le magnifique « une vie » mais j’ai beaucoup aimé les thèmes et comment il les aborde ici !

      Aimé par 1 personne

      1. lilylit dit :

        Je n’ai pas lu « Une Vie », parce qu’on m’avait raconté l’histoire. J’adore aussi « Bel-Ami », notamment pour le côté fripon de Maupassant (la scène des marrons glacés, j’en ris encore !).

        Aimé par 1 personne

      2. Tout à fait d’accord ^^ !

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s