« Génération » – Paula McGrath

Tout d’abord, je tenais à remercier les éditions de la table ronde ainsi que la masse critique de Babelio pour m’avoir permis de découvrir ce titre.

generation-paula-mcgrath

Dans ce roman, beaucoup d’éléments m’attiraient : les choix d’une immigration, le besoin de partir,  l’Irlande en toile de fond, etc. Des aspects qui me paraissaient important pour ma lecture. Mais (et c’est bien là le problème), tous ces éléments ne l’ont pas fait pour moi. Je me suis retrouvée perdue par une lecture qui démarrait bien, puis qu’y petit à petit s’est mise à partir dans tous les sens.

En grandissant on (en tout cas moi) devient plus exigeante. J’aime de nombreux genres littéraires ou styles d’écritures ce qui me permet de ne pas me dégoûter de la lecture. Je mange à tous les râteliers afin de justement me nourrir convenablement. Mais lorsqu’un texte ne me correspond pas, je le sais très vite. Ici j’ai eu un gout de trop peu.

Dans ce roman, j’ai apprécié la mise en place de notre situation. Une jeune femme décide de partir avec sa petite fille, pour se retrouver. Notre sujet est amené de manière progressive et c’est avec plaisir que l’on découvre nos personnages. Mais mon intérêt c’est bien vite limité, car lorsque l’intrigue devient captivante, l’auteure arrête tout et nous fait un bon dans le temps, en nous présentant un nouveau personnage. Le texte aurait pu être plus long, pour amener ces différentes vies à avoir chacun une réelle profondeur. Malheureusement ce n’est pas le cas et très vite, on réalise que l’histoire s’arrêtera là avec tellement de zone d’ombre que cela m’a empêché d’apprécier le récit. Je ne suis pas contre laisser des blancs pour faire place à notre imagination, mais là cela m’a semblé bâclé …

Je referme ma lecture très déçue par cette histoire qui ne parvient pas à me donner ce que j’attendais : un récit intrigant sur l’immigration. A la place on survole de nombreux points de vue sans jamais les approfondir. Et malgré mon goût pour les romans de la table tonde, j’ai trouvé celui-ci bien en dessous de ce que j’ai pu lire chez eux. Les thèmes principaux sont les mêmes, mais ils sont amenés ici de manière bancale, pour nous laisser sur notre fin sans jamais plonger dans le vif du sujet. Avec des personnages qui manquent profondément de profondeur, on tente de nous faire comprendre des choses mais sans la finesse requise. Vous l’aurez compris, une lecture bien trop mitigée à mon goût.

tous les livres sur Babelio.com

***

*Pour aller plus loin, voici l’histoire : Il y a une ferme au cœur de l’Illinois – de ces grandes fermes bio où se croisent travailleurs mexicains à peine régularisés et jeunes «wwoofeurs » venus d’Écosse ou de Norvège prêter leurs bras contre le gîte et le couvert. Là, se trouve Joe Martello, ours trentenaire au roman familial épique, ancien pianiste prodige devenu agriculteur sans raison apparente. Joe est une énigme qu’Áine cherche à percer. Ils se sont rencontrés sur Internet, et, après un premier séjour seule, Áine y retourne pour six semaines avec sa petite Daisy. Mais, sur place, rien ne se passe comme prévu. Joe et la ferme sont remplis d’ombres – et pas seulement celles des chauves-souris qui pullulent au grenier : une mère prof de piano obèse qui a noyé dans les kilos le souvenir des cris nazis, son petit élève germano-japonais, caniche savant de sa mère perfectionniste, une ancienne camarade de fac qui hésite à changer de trottoir quand Joe approche… Le jour où elle met la main sur un ordinateur caché, Aíne comprend qu’elles doivent rentrer au plus vite en Irlande. Des années plus tard, sa fille, partie à Chicago sur les traces de son grand-père, fera de nouveau tourner ce kaléidoscope de trajectoires brisées…

Publicités

6 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Cat dit :

    Bon dommage. Ton vIsuel est superbe…

    Aimé par 1 personne

    1. Merci ! Après j’en ai entendu beaucoup de belles choses, donc ça peut toucher certaines personnes ^^

      Aimé par 1 personne

  2. Yuyine dit :

    Arf quel dommage quand un livre dont on pense être satisfait nous déçoit autant. D’autant que ces sujets sont encore trop peu abordés (ou mal abordés) et qu’il serait temps d’avoir quelques livres un peu plus fort dans le domaine

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis tout à fait d’accord avec toi. Après le texte à de très bons éléments, mais il est bien trop mal exploité. C’est en effet dommage, surtout pour le lecteur qui tente l’expérience !

      J'aime

  3. Folavril dit :

    Volontairement je ne voulais pas lire ta chronique avant ma lecture… je viens de rédiger ma propre chronique, et on ressent un peu les mêmes choses pour cette lecture qui semblait prometteuse : manque de profondeur des personnages, impression de les survoler… dommage parce que oui, le sujet m’attirait aussi beaucoup !

    Aimé par 1 personne

    1. Je n’ai vraiment pas apprécié cette coupure dans le temps. Je n’y ai trouve aucun intérêt …! Dommage!

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s