« L’enfant volé » – Ian McEwan

l'enfant volé 1

Ce roman ne m’a pas du tout parlé. Pire, son succès est une énigme !

Cet auteur m’a été présenté dans l’émission « la grande librairie ». Considéré comme un des meilleurs auteurs anglais de sa génération. Comme je ne le connaissais pas du tout et poussée par cette grande curiosité livresque, je me suis empressée d’acheter un ou deux de ces livres. Véritable usine à roman, l’auteur a à son actif un grand nombre de livres, je me décide donc sur « l’enfant volé » et « l’expiation » qui me semblait intéressant.

Sans information sur l’auteur ou ses livres, j’ai décidé de commencer la lecture de son roman primé par deux prix littéraires. Et là, c’est le désenchantement, l’histoire ne me plait pas. Je me fais même violence pour parvenir à la finir !

Ce roman avait pourtant des points positifs. Tout d’abord il faut reconnaître le talent de l’auteur. Avec une très belle écriture, il livre ici une histoire de reconstruction personnelle à la suite du kidnapping d’un enfant. Continuer à vivre ou attendre et espérer de retrouver l’enfant volé !

Je n’ai pas du tout accroché, j’ai trouvé cette lecture laborieuse car je m’ennuyais profondément. Alors oui le protagoniste est en deuil, esseulé et perdu, donc le livre suit son cheminement. Mais je n’en pouvais plus, l’histoire s’éternise de page en page et l’absence d’action est oppressante. Vous l’aurez compris je n’ai pas adhérée à ce livre. C’est bien la première fois que j’ai eu autant de mal à finir un roman qui ne fait pas plus de deux cents pages.

Le roman étant remarquablement bien écrit, on saisit le génie de l’auteur. Donc je vais retenter ma chance en espérant qu’avec un sujet plus proche de mes goûts, je prenne plaisir à le lire. Affaire à suivre !

***

*Pour aller plus loin, voici l’histoire : Stephen mène une existence heureuse et paisible entre les livres pour enfants qu’il publie avec succès, sa femme Julie et sa fille Kate. Sa vie bascule le jour où Kate est enlevée dans un supermarché. L’enquête de police pas plus que ses propres recherches n’aboutissent et ce drame provoque une cassure entre Julie et lui. Le chagrin le plonge dans un état dépressif et destructeur qui l’empêche d’écrire et le pousse à boire. Le seul ami qu’il continue à fréquenter, Charles, un homme brillant promis à un grand avenir politique, a lui aussi décidé de se retirer de la vie agitée de Londres.Ce livre de Ian McEwan, qui obtint le prix Femina étranger en 1993, a toutes les qualités qui rendent la littérature anglaise si vivante : un bon suspense, un art consommé du récit, une intrigue dense, des portraits psychologiques fouillés et des personnages à la fragilité émouvante. Ce roman est le cinquième livre de cet écrivain considéré en Angleterre comme l’un des plus doués de sa génération.

Publicités

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. MlleJuin dit :

    J’ai un recueil de nouvelles de cet auteur, « Psychopolis et autres nouvelles », mais il ne m’a pas marquée.
    Le thème du livre que tu présentes est intéressant mais si sa lecture est laborieuse ce n’est pas pour moi 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Un thème intéressant, une belle écriture, c’est aussi pour cela que je me suis acharnée. Mais je ne te le conseille pas du tout ! 😁

      J'aime

      1. MlleJuin dit :

        C’est noté! ^^

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s