« Les chiennes savantes » – Virginie Despentes

les chiennes savantes - Virginie Despentes

Lorsque l’on imagine les romans de Virginie Despentes beaucoup d’amalgame sont faits. On pense glauque, grossier, violent, et j’en passe. Mais il ne faut pas s’arrêter à cette première image et découvrir la profondeur de ses textes. Pour ma part, je sors toujours perturbée par ses écrits, non pas pour la violence des mots, mais pour la justesse dans ses sentiments. On nous confronte une fois de plus avec ce qu’il y a de plus vil dans notre société. Mesdames et messieurs attention vous allez pénétrer un autre monde !

On se retrouve à Lyon dans le monde de la nuit. Entre magouille, trafic et meurtre, rien ne semble paisible dans cet univers, car tout est plus sombre la nuit. C’est dans un peep show que notre histoire va se construire. Louise y travaille et entre sa vie avec son frère et les sorties au bar, rien ne semble parvenir à la toucher. Mais à la suite d’un meurtre au sein de son lieu de travail, tout va prendre une bien étrange saveur.

Dans ce texte, ce n’est pas la violence qui m’a le plus marqué, mais la justesse dans la solitude de notre héroïne. Louise est entourée de personnes, mais c’est perpétuellement seul qu’elle gravit sa vie. Ce roman nous dresse le portrait esseulé de cette jeune femme qui se cherche encore. Son boulot ne l’ennui pas, il l’excite même, mais c’est le concept du travail qui la dérange. C’est dans sa quête personnelle qu’elle va essayer de se construire. Mais comme toutes les âmes un peu fragiles, c’est dans les bras d’un homme qu’elle va croire devenir enfin quelqu’un … Grave erreur !

Ce livre nous présente le chemin parcouru par cette jeune femme qui va se soumettre complètement pour un homme. On nous démontre du pouvoir que les hommes usent pour utiliser et parvenir à leurs fins avec les femmes qu’ils ont choisi. Ce texte est dur car il ne cherche pas à faire semblant. Il ne cherche pas à cacher les choses, tout est dit et pourtant rien ne se sait. C’est une lecture profonde, on entre dans un nouveau monde, un univers à part où chacun essaye de vivre coûte que coûte. Chacun cherche sa place et personne n’arrive  à la trouver. C’est  dur de se construire dans cet univers, dans ce monde où l’isolement renforce le sentiment d’abandon. Loin des stéréotypes, cette lecture n’est pas glauque mais simplement différente de ce que l’on pourrait imaginer, elle est percutante !

***

*Pour aller plus loin, voici l’histoire : « La cabine n° 1 avait quelque chose du confessionnal, version luciférienne. Granules épais rouge sombre le long des murs, comme repeints d’un vomi de viande saignante. C’était une pièce étroite et haute de plafond, séparée en son milieu par un gros grillage noir. Le client était assis en contrebas… » Louise travaille dans un peep-show et elle fait ça bien. Sans se forcer. Elle se renverse contre le mur, ferme les yeux et se met au boulot… Elle officie patiemment avec parfois cette envie d’être ailleurs, d’échapper à son histoire… Mais le jour où on découvre deux filles sur le carreau, gorges et visages bien nettoyés, écorchés… ça rigole plus pareil, d’un coup… et Louise d’en apprendre, des choses, sur ce que les garçons font aux filles…

Publicités

13 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Coucou, j’avoue que la couverture ne me donnait pas spécialement envie, mais après avoir lu ta chronique, ça me donne envie de le lire maintenant ! Est-ce qu’il est long ?

    Aimé par 1 personne

    1. J’espère qu’il sera te plaire. Il fait 350 pages et le style en dialogue donne une impression de vitesse dans la lecture. Bref ça se lit rapidement !

      Aimé par 1 personne

      1. Peut-être que je vais le tenter dans ce cas !

        Aimé par 1 personne

      2. N’hésite pas à me dire ce que tu en auras pensé !

        Aimé par 1 personne

  2. Il me tente beaucoup, son univers comme tu le dis dépeint vraiment ce que la plupart taisent…

    Aimé par 1 personne

    1. C’est exactement cela ! Après il faut s’attendre à lire du Despentes ! ^^

      Aimé par 1 personne

  3. Je suis en plein dans un cycle de lecture de Virginie Despentes, commencé avec un décevant Teen spirit, je lis actuellement Vernon Subutex! Ta chronique de ce roman me donne envie de le rajouter à ma wishlist!

    Aimé par 1 personne

    1. Les deux que tu as lu sont dans ma PAL et en attente de lecture. Je vais peut être m’abstenir pour « teen Spirit » ^^

      J'aime

      1. Je m’attendais à ce que ce soit plus trash (plus dans l’esprit Palahniuk) mais s’il est dans ta PAL, tu es obligé de le lire, à un moment ou à un autre!

        Aimé par 1 personne

      2. Forcément ! D’une manière général, je suis un mélange de Monk et d’un SM : quand j’aime un auteur, je DOIS tout lire quitte à me faire du mal !

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s