« La chute d’Hypérion » – Dan Simmons

la chute d'hypérion - Dan Simmons

Une saga digne de toutes mes espérances ! Une fin riche qui ne laissera personne sur sa faim. Je vous recommande cette lecture d’une envergure exemplaire.

Comme pour les premiers tomes, je les ai lus dans une version intégrale. Il sera donc difficile pour moi de vous donner mon avis sur chacun des romans qui constituent ma version. Dans un premier temps, revenons sur l’ensemble de cette œuvre. Ces romans sont remarquables et permettent au lecteur de rentrer dans un univers hors du commun. La science fiction permet toujours cette richesse de détails, d’histoires, de personnages, de planètes, tous plus fous les uns que les autres. Avec Dan Simmons vous serez servi. Si vous aimez les personnages hauts en couleur et les retournements de situation dans tous les sens, vite, venez !

Dans « Hypérion » on nous annonçait un malheur à venir. Ici on est en plein dedans. Les tomes d’Hypérion étaient beaucoup plus calmes et nous amorçaient le récit à venir. C’était donc à travers les histoires de nos pèlerins que l’on entamait cette saga. On ne comprenait pas encore la puissance du Gritch, ni l’étendue des problèmes que l’on allait rencontrer.

Dans le premier tome, on continue à suivre ces pèlerins chacun en quête de leurs vérités. Chacun a sa raison égoïste de vouloir voir le Gritch pour réaliser enfin ce qu’il avait décidé. Mais une solidarité nouvelle se construit également. Les personnages semblent comprendre que leurs jours sont comptés et que le nombre peut parfois faire la force. Ici ils auront surtout besoin de réfléchir ensemble pour trouver les meilleures solutions d’avancer main dans la main. Ce tome commence à amorcer les véritables intentions de chacun, les masques commencent à tomber. Le tout avec l’écriture de Dan Simmons, qui amène grâce à la richesse de son texte, à nous perdre dans des méandres inattendus.  On ne sait plus à qui faire confiance et on adore cela.

Dans le deuxième tome on commence à y voir plus clair. En plein cœur d’une énorme machination chaque personnage devient indispensable à la survie de tous. Ce tome nous dévoile une vérité intemporelle, la recherche du pouvoir est ancrée en chacun de nous. On se plait avec cet auteur à transposer ses problématiques et réflexions qui ne sont pas si loin des nôtres et à les placer dans notre société. C’est donc toujours plus loin que l’on nous embrouille, on éloigne des personnages, on se concentre sur d’autres. En résumé, l’auteur fait ce qu’il veut de nous et tour à tour on croit avoir compris l’intrigue, on se paume, on a peur, on tressaille. Complètement à la merci de l’auteur, on suit tout simplement chaque mouvement, page après page.

Cette saga est une très belle découverte. Depuis j’ai eu la chance de lire d’autres romans de cet auteur et je n’ai qu’une hâte, de continuer à approfondir cette découverte. La saga « Hypérion » est intense, puissante et d’une envergure universelle ! Venez vibrer avec Dan Simmons et laissez-vous emporter sur Hypérion à la recherche de ce fameux Gritch !

***

*Pour aller plus loin, voici l’histoire : Alors que les pèlerins sont livrés à leurs sort dans les tombeaux du temps, la guerre s’apprête à faire rage dans l’Hégémonie. Un essaim d’extros, des humains qui ont suivis une évolution différente, est en route vers le Retz. La seule solution semble consister à couper les portes « distrants » qui permettent le voyage instantané. Au risque d’isoler chacune des planètes du royaume. Encore que nul ne sache qui sont réellement les ennemis. Que cherchait la sainte Église du Gritch en envoyant les pèlerins vers les tombeaux ? Et qui les a réellement choisi ? Pourquoi le mystérieux Techno-centre cherche-t-il à tout prix à détruire le cybride du poète John Keats qu’il a lui-même créé ? L’enfant à naître dont il est le père sera-t-elle « Celle qui enseigne », le nouveau messie ? Encore une fois la réponse devra venir des tombeaux, sur lequel règne en maître infernal le terrible seigneur de la douleur, le Gritch. Bien que construit d’une façon différente, ce second volume des Cantos d’Hypérion (prix Hugo 1990) confirme, s’il en était besoin, le talent de Dan Simmons. Rare sont les cycles d’une telle ampleur qui parviennent à conserver jusqu’au bout leur cohérence et leur qualité. C’est le cas ici, avec toujours autant d’inventions, de références littéraires et de questions philosophiques

Publicités

6 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Ah que tu me donne envie de plonger dans cette saga =)

    Aimé par 1 personne

    1. Vas y, c’est génial !!

      Aimé par 1 personne

  2. MARC dit :

    Ah tu as fini le tome 2, cool ! Tu vas pouvoir te pencher sur « Demain les chiens » ^^ Et parmi mes dernières lectures, je te conseille aussi Abzalon de Pierre Bordage 😉 A+

    Aimé par 1 personne

    1. C’était génial ! J’ai adoré !
      J’ai très envie de découvrir « demain les chiens » pour l’instant ça va être du Bordage aussi avec sa saga sur « les guerriers du silence ».
      En tout cas, tiens moi au courant de tes derniers coup de coeur, je suis toujours ravie de les découvrir.
      A bientôt !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s